ENPJJ : UNE AMIE PREND SA RETRAITE

Directrice générale de l’Ecole Nationale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse de Roubaix depuis 2013, Rosemonde Doignies vient de prendre sa retraite. C’est elle qui a permis la signature d’une charte entre l’ENPJJ et la FNAPTE permettant d’ouvrir aux assesseurs des places de formations au sein de l’école. Elle leur permet également d’intervenir en qualité d’intervenants. C’est dire notre gratitude envers cette femme qui a fait toute sa carrière dans ce secteur d’activité.

 

Madeleine Mathieu et Rosemonde Doignies

Madeleine Mathieu, directrice de la DPJJ a rendu hommage au travail accompli par Rosemonde Doignies

 

Originaire d’une famille de bâtelier, elle a fait ses études à l’école de la bâtellerie de Douai avant de gagner Lille à 17 ans pour se lancer dans des études d’avocate… Accueilli au foyer pour mineurs d’Esquermes, elle deviendra quelques jours après son arrivée, et en dépit de son jeune âge, maîtresse d’internat. C’est là qu’elle a véritablement acquis la conviction « qu’accompagner les jeunes les plus en difficulté était essentiel » comme elle l’indiquera dans un entretien à La Voix du Nord.

Elle change de voie. Finie la carrière d’avocate… Elle deviendra tout naturellement éducatrice avant d’entrer à la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Dans ce cadre, elle participera notamment à la création des services territoriaux en milieu ouvert, dirigera le service éducatif au tribunal de Lille avant de devenir directrice départementale dans l’Eure et le Nord puis directrice inter-régionale Grand Ouest.

C’est Christiane Taubira, alors ministre de la justice, qui la nommera à la tête de l’ENPJJ en janvier 2013. Une école dont les bases ont été fondées en 1952 à Vaucresson avant d’être transférée à Roubaix en 2008. Sa mission, reconnue tant au plan national qu’international vise à la transmission des métiers et des savoirs pour préparer et perfectionner les personnels de la PJJ. Elle développe également des activités de recherche, d’édition et de documentation

rosemonde doignies

 

Signée le 6 novembre 2015, à l’occasion des 70 ans de l’ordonnance de 1945 qui régit en France la justice des mineurs, cette charte – tout comme l’accord entre  la FNAPTE à l’ENM (école nationale de la magistrature) – « permet d’accroître et de multiplier les regards sur la thématique large de la jeunesse en difficulté, de faire en somme le pari de l’intelligence collective. Cette convention nous engage tous, toujours au service de la justice des mineurs » disait                                                                                      alors Rosemonde Doignies.

Rosemonde Doignies le 23 juillet 2017

 

rosemonde doignies et fnapte roques walle

Lors de cette cérémonie, la FNAPTE était représentée par cinq assesseurs,  notamment par son président, Jean-Pierre Roques (à droite), et par deux autres membres du conseil d’administration, Claude Veyer ( délégué pour Valenciennes – Cambrai – Avesnes sur Helpe) et Louis Walle (trésorier de la FNAPTE, assesseur à Lille).

La FNAPTE la remercie pour son action qui s’est toujours poursuivie avec dynamisme, en ouvrant chaque année, des places  supplémentaires aux assesseurs pour des formations de qualité faites de théories, de pratiques et d’échanges nous permettant, lors des audiences, de mieux comprendre et de mieux analyser certaines problématiques.

Pour l’heure, son successeur n’est pas encore nommé. L’intérim sera assuré par Mme Anne Devreese, son adjointe.

Vous pouvez retrouver sur ce site sous l’onglet Formations, celles proposées par l’ENPJJ (et ses structures décentralisées) ou par l’ENM