Le 21 janvier dernier, l’UNICEF France et la Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (DPJJ) ont signé une convention annuelle d’objectifs, aboutissement d’un travail en commun et d’échanges réguliers sur différents sujets ces dernières années et commencement d’un partenariat plus étroit, plus formalisé et plus objectivé. Ce partenariat tant institutionnel qu’opérationnel a vocation à se décliner au niveau national et territorial. 

DPJJ et UNICEF

Charlotte Caubel, directrice de la DPJJ (à gauche) et Adeline Hazan, Vice-présidente de l’UNICEF France (à droite) signent la convention liant les deux organisations, le 21 janvier à Paris.

Au niveau opérationnel, le champ du partenariat couvre plus particulièrement six axes stratégiques :

  • la protection de l’enfance 
  • la justice pénale des mineurs 
  • les mineurs non accompagnés (MNA)
  • la prise en charge des mineurs de retour de zone d’opération de groupements terroristes
  • l’insertion sociale, professionnelle et citoyenne des mineurs et jeunes majeurs pris en charge par la PJJ
  • la coopération européenne et internationale

 

Au niveau institutionnel, nos organisations s’accordent pour échanger les informations, se transmettre des outils, se rencontrer régulièrement, participer ou contribuer aux formations. Afin de profiter de l’expertise particulière de l’UNICEF France, la DPJJ pourra nous consulter sur les évolutions législatives et réglementaires relatives à ces axes stratégiques. L’UNICEF France pourra communiquer à la DPJJ des documents de positionnement, d’analyse, de recueil de bonnes pratiques afin d’alimenter ses travaux. Nous nous engageons également à mener une réflexion commune sur des projets de coopération européenne et internationale.

 

Dans une volonté commune de développer des actions locales au plus près des publics, cette convention pourra également être déclinée localement entre les comités locaux de l’UNICEF France et les directions interrégionales ou les directions territoriales de la PJJ afin d’optimiser les ressources et dispositifs locaux. Cela passe par :

  • La participation de la PJJ aux campagnes locales de sensibilisation et de communication de l’UNICEF France pour présenter la justice des mineurs, notamment dans les écoles.
  • L’intervention des équipes locales de l’UNICEF France dans les établissements et services de la PJJ – comme le comité de la Moselle a commencé à le faire – afin de faire bénéficier les jeunes pris en charge par la PJJ des actions éducatives et de sensibilisation.
  • Le développement d’actions concrètes en faveur de l’insertion sociale, citoyenne et professionnelle des mineurs et jeunes majeurs pris en charge par la PJJ. Cela pourra prendre plusieurs formes et s’appuyer sur la mise en place d’actions partenariales pour contribuer à la mise en œuvre des mesures éducatives judiciaires et des modules de réparation, placement ou d’insertion, à la mise en œuvre  de peine de stage de citoyenneté, de postes de travaux d’intérêt général, ou pour favoriser des Services Civiques.

La protection des mineurs et leur accès à la justice sont des préoccupations primordiales pour l’UNICEF dans le monde et en France. Nous sommes ravis de concrétiser aujourd’hui ce partenariat étroit, qui sera, nous en sommes convaincus, au bénéfice des enfants les plus vulnérables en France.

Article de l’UNICEF France

Photo ministère de la justice